de 5 à 9 ans
Raisonnement critique et vie sociale

de 5 à 9 ans
Raisonnement critique et vie sociale

Cas Pratique 7

Réflexion indépendante

Dans certains cas, les enfants qui sont capables de réfléchir à leurs croyances, leurs raisonnements et leurs émotions, peuvent aussi y rajouter l’analyse d’une information qui les stimule. La quantité de médias auxquels les enfants sont exposés aujourd’hui peut paraître énorme, mais ces médias peuvent aussi donner l’occasion d’apprendre à mettre en pratique leurs facultés d’analyse critique. Les parents peuvent guider leurs enfants dans ces situations, en leur posant des questions et en leur demandant d’expliquer ce qu’ils croient et ce qu’ils pensent. À cet âge-là, les préparer à une réflexion indépendante et critique n’a pas besoin d’interférer avec leur monde imaginaire, comme le montre l’exemple suivant. 

Tom, qui a six ans, vient juste d’envoyer une lettre au Père Noël. Maintenant, il regarde la télévision en zappant, lorsqu’une émission sur Noël attire son attention.

1ère partie

Le présentateur de l’émission explique que de nos jours, les enfants ne croient plus au Père Noël. Noël est désormais une fête complètement commerciale. Et d’ailleurs, la couleur rouge qui symbolise Noël a été inspirée par la marque Coca-Cola.

  • 1er sujet de l’émission : « Qu’en disent les premiers intéressés ? ». Une journaliste interroge plusieurs enfants à la sortie de l’école. Les enfants lui répondent que ce sont les parents qui racontent cette histoire de Père Noël, mais qu’en vrai il n’existe pas, pas plus que les sorcières et les fantômes. Ils disent savoir ce qu’ils vont recevoir pour Noël et combien ça coûte. Leur petit frère ou petite sœur y croit peut-être encore mais eux ne sont plus des bébés. Qu’ils aient été sages ou pas, ils savent qu’il y aura toujours des cadeaux pour eux sous le sapin.
  • 2nd sujet de l’émission : « Le Père Noël, un vendeur». Des images en arrière-plan montrent des files d’attente aux caisses des magasins de jouets, des parents poussant des chariots pleins, d’autres prenant les rayons en photo avec leur téléphone. On voit des Pères Noël de toutes les tailles et de toutes les corpulences, dans des galeries marchandes, des crèches, dans la rue ou encore assis dans des calèches tirées par des ânes. Une voix off donne des chiffres sur le budget cadeaux moyen pour les familles, ainsi que la proportion de cadeaux achetés en magasin et en ligne.

Finalement, le présentateur réapparaît à l’écran et conclut d’un «  On est loin de la magie de Noël ! » avant la coupure publicitaire.

2ème partie

Le père de Tom est entré dans le salon au cours de l’émission et en a vu une partie. Il sent son fils à la fois perplexe et contrarié.

« Pourquoi est-ce que tu crois au Père Noël, Tom ? Quelles sont tes raisons, à toi ?

– Parce qu’il vient tous les ans depuis que je suis petit. Parce qu’il vient pendant la nuit. Qui d’autre pourrait venir en pleine nuit ? Parce qu’il boit toujours le chocolat chaud qu’on lui laisse au pied du sapin et mange les biscuits. Parce que je l’ai vu plusieurs fois, à l’arbre de Noël de l’école et dans les magasins. Parce que personne d’autre ne pourrait fabriquer et livrer des jouets à tous les enfants.

– Oui ce sont de très bonnes raisons de croire, Tom. Et à l’école, vous en parlez entre vous ?

– Les grands disent comme à la télé, qu’il n’existe pas, que ce sont les parents. Lorsque j’ai dit que ce n’était pas possible que les cadeaux arrivent seuls la nuit au pied du sapin, ils m’ont traité de bébé. Du coup, je ne dis plus rien.

– Je crois que tu as raison de donner ton avis et de dire ce que tu penses vraiment. Il y a ce que la télévision dit, il y a ce que les copains disent, et puis il y a ce que toi tu crois. C’est important que tu l’exprimes et que tu fasses valoir ton point de vue. Il faut écouter aussi, bien sûr, car on ne détient pas toujours la vérité. Mais avoir ses propres idées et les exprimer est très important tout au long de la vie. »

Analyse

Qu’auriez-vous fait à la place du père de Tom ?

Aurait-il été préférable de dire à Tom la vérité sur le Père Noël, en allant à l’encontre de ses convictions et de son imaginaire ? Si le père de Tom avait fait cela, quelle valeur accorderait son fils à sa propre réflexion ? Osera-t-il défendre son point de vue à l’avenir ?

Dans cet échange, le père a choisi de valoriser les arguments de Tom en leur apportant du crédit et en félicitant la manière dont il a exprimé son opinion personnelle. Il n’a pas donné son avis sur le fond, mais a orienté la discussion sur la confrontation de points de vue différents et sur le débat. Il espère que Tom comprendra la valeur de ses arguments, bien qu’ils soient contredits par ce qui a été dit dans l’émission de télé. Ainsi, la prochaine fois qu’il sera confronté à une situation de ce type, Tom aura probablement suffisamment confiance en lui pour exprimer un point de vue autonome vis-à-vis de l’information qu’il reçoit.

La répétition de situations de cette nature devrait permettre à Tom de développer ses capacités de raisonnement critique. Elles vont renforcer et consolider son estime de soi, et construire sa confiance en sa capacité à développer ses propres pensées.

Cette situation pourrait sembler contre-intuitive. Généralement, nous associons le développement du raisonnement critique avec la remise en question de certaines croyances, dans ce cas précis la croyance dans l’existence du Père Noël.

Ce point de vue, cependant, ne fait que projeter notre propre vision d’adulte sur l’enfant. Les enfants de cet âge doivent plutôt être encouragés à s’exprimer, à être créatifs dans leur argumentation et à croire en la valeur de leur point de vue, plutôt qu’en une vérité assénée par les adultes, les médias ou leurs camarades.