de 5 à 9 ans
Logique et raisonnement critique

de 5 à 9 ans
Logique et raisonnement critique

1. Logique et raisonnement critique

En résumé :

Le raisonnement critique est différent du raisonnement logique. Comme les maths, le raisonnement logique implique des compétences de raisonnement formel qui ne pourront être acquises que plus tard. À l’inverse, le raisonnement critique se construit sur le raisonnement dans la vie de tous les jours.
Les parents devraient donc aider au développement du raisonnement critique chez leurs enfants dès leur plus jeune âge
.

La logique formelle constitue une part importante du raisonnement critique, mais au final, le raisonnement critique implique des habitudes et des compétences qui vont bien au-delà du champ de la logique. Les facultés de raisonnement critique de l’enfant ne peuvent donc pas être fondées sur l’analyse logique stricte, mais doivent plutôt se développer sur la base du raisonnement quotidien.

On doit garder à l’esprit les trois facteurs principaux qui différencient la logique du raisonnement quotidien, sur lequel s’appuie le raisonnement critique.

Tout d’abord, la logique n’est pas naturelle chez l’être humain. Si elle l’était, il ne serait pas nécessaire d’apprendre à raisonner et il n’y aurait pas tant de difficultés à aborder la démonstration mathématique au collège.

Le raisonnement naturel chez l’enfant se fonde souvent sur son expérience sensorielle, et se trouve souvent entâché des biais cognitifs dont nous avons parlé en introduction.

Prenons l’exemple suvant. Quelqu’un dit : « S’il pleut, je prends mon parapluie. » Puis, après un moment, rajoute : « Il ne pleut pas. » Que peut-on conclure?

Une grande majorité, adultes et enfants en âge de comprendre la question confondus, conclura que la personne ne prend pas de parapluie. Dans ce contexte, cela semble la bonne conclusion à tirer.

La logique n’est pas naturelle chez l’être humain, et ne peut être acquise que par l’apprentissage..

Mais dans une perspective purement logique, ça ne l’est pas. Le fait que cette personne dise prendre un parapluie s’il pleut n’implique rien, à strictement parler, sur ce qu’il se passe quand il ne pleut pas.

La logique, c’est-à-dire la capacité cognitive de déduction formelle et fiable, n’est pas naturelle pour l’être humain et ne peut être acquise que par l’apprentissage, et seulement et un l’âge où le système cognitif et le développement du cerveau le permettent, soit entre 12 et 15 ans.

Deuxièmement, bien que la logique ne soit pas naturelle, elle peut s’enseigner avec plus ou moins de succès selon la personnalité, le profil cognitif, etc. De nombreux travaux de psychologie du développement, depuis Piaget, ont montré que notre système cognitif ne peut atteindre de bonnes compétences d’analyse logique que tardivement et par l’entraînement.

Troisièmement, quand les parents exercent leurs enfants de cinq à neuf ans à réaliser des déductions logiques plus ou moins complexes, rien n’est acquis en profondeur. À cet âge, le système cognitif n’a pas encore la capacité d’extraire les invariants logiques, autrement dit la possibilité de reproduire le raisonnement dans un contexte variable.

C’est pourquoi on n’introduit pas la démonstration en mathématiques avant 13-14 ans. Mais, encore une fois, les parents peuvent favoriser l’acquisition des bases du raisonnement critique dès le plus jeune âge en encourageant des facteurs sociaux tels que l’estime de soi.

Logique et développement du cerveau

Le raisonnement complexe utilise surtout le cortex préfrontal et les aires cérébrales dédiées au langage. Le développement du langage est, bien entendu, très lié à l’apprentissage explicite comme à la stimulation implicite (comme entendre sa langue dès la vie intra-utérine).
Mais le raisonnement requiert plus que les capacités de langage. Le cortex préfrontal est dépositaire des fonctions dites exécutives. Il contrôle la concentration, la planification, la prise de décision et bien d’autres fonctions. Ce sont elles qui permettent de décomposer les tâches complexes en enchaînements de tâches plus simples. Un raisonnement nécessite une stratégie de décomposition. Le lobe préfrontal est une zone cérébrale qui n’est neurologiquement mature qu’au-delà de 20 ans.
La logique n’est donc ni naturelle ni facile. Elle nécessite un maniement aisé du langage et la capacité de résolution de problème du cortex préfrontal. Où en sommes-nous ? Où voulons-nous arriver ? Comment nous y prendre ?

MAGNIFY_BLUE

Étude de cas 1