de 10 à 12 ans
Les jeux vidéos

de 10 à 12 ans
Les jeux vidéos

Cas Pratique 4

L’addiction aux jeux vidéos

En parallèle d’internet, les jeux vidéos offrent aux adolescents de nouvelles tentations et de nouveaux obstacles potentiels à leur développement cognitif. Dans sa pire version, l’addiction aux jeux vidéos peut amener les adolescents à substituer au monde réel un monde imaginaire. Ils peuvent aller jusqu’à s’identifier trop fortement aux personnages de fiction. La vie réelle peut commencer à sembler terne à côté des frissons procurés par les jeux et leur rythme effrené. Les conséquences sur la patience, la stabilité émotionnelle et la concentration des adolescents peuvent être catastrophiques.

William, 12 ans, tient fermement la manette de sa console. Assis dans le noir, il s’apprête à attaquer une meute de sangliers qui semblent paisibles. C’est sa première mission de la journée. Il tire, les sangliers se rebellent, l’encerclent, chargent en poussant des grognements et le piétinent. Malgré le fusil d’assaut qu’il vient d’acquérir pour 50 centimes d’euros, William ne peut rien faire.

Sur l’écran, l’avatar de William gît au sol, mort. Un message apparaît à l’écran, lui proposant de dissocier son âme de son corps actuel et d’en trouver un nouveau à habiter. William accepte. Il a maintenant une heure pour trouver un autre corps pour son avatar, et le compte à rebours a déjà commencé. S’il échoue, il perdra le bénéfice de la partie entamée ainsi que les armes et les attributs qu’il a achetés avec la carte bancaire de ses parents. Il profite au maximum de son nouveau statut de fantôme, vole au-dessus des lacs et des volcans et atteint l’île des sirènes.

Des coups légers à la porte de sa chambre détournent son attention. Son père vient lui dire que c’est l’heure du déjeuner. Mais William ne peut pas descendre, sinon il meurt. Son père insiste, et le ton monte. William entre dans une colère noire.

Comment les parents de William pourraient-ils aborder le sujet de l’addiction aux jeux vidéos avec leur fils suite à cet incident ? Voici une proposition :

« William, tu accordes beaucoup d’importance à ton jeu vidéo ces derniers temps. Nous sommes inquiets depuis hier, quand tu n’as pas voulu venir déjeuner avec nous.

– C’est juste que ce n’était pas le moment. Si j’étais venu, je serais mort et j’aurais tout perdu.

– Tu n’allais pas mourir. Au pire, le personnage du jeu allait mourir. Ton vrai toi, William, a besoin de manger sainement et régulièrement. Tu as aussi besoin de lumière, d’air frais et de te dépenser. Tu as besoin de passer du temps avec ta famille et tes amis. En passant tout ce temps dans ta chambre à t’occuper des besoins de ton avatar, tu ne t’occupes plus des tiens !

Depuis combien de temps n’es-tu pas allé jouer au ping-pong ou au volley dans le parc en bas ? Tu adorais ça. Nous voulons que tu te rendes compte que la santé et la force de ton avatar se construisent au détriment de ta propre santé. Or lui est virtuel et pas toi. Tu t’identifies beaucoup trop à lui, et nous avons parfois l’impression que tu vis sa vie à la place de la tienne.

Tu aimes jouer à ce jeu et nous ne te l’interdirons pas. En revanche, nous voulons définir des règles de base, pour que tu gardes un équilibre entre le temps que tu passes sur ton jeu et celui que tu passes dans des activités avec les autres ou à faire du sport ».

Dans cette situation, les parents de William essaient de lui faire comprendre ce qui se joue dans sa relation au jeu vidéo. Pour cela, ils lui expliquent que pour être performant dans le jeu, il faudrait qu’il y passe tout son temps libre et dépense de l’argent en accessoires. C’est exactement ce que recherchent les concepteurs de jeux.

Par conséquent, les joueurs qui veulent performer dans le jeu doivent s’isoler de tout, passer des heures à jouer, et voir ainsi leur hygiène de vie et leur vie sociale se dégrader. Pour résumer, plus l’avatar de William devient fort, plus lui-même s’affaiblit. Ses parents ne suggèrent donc pas d’interdire ce jeu, mais ils lui expliquent clairement ce qu’ils considèrent comme les conditions nécessaires d’un équilibre indispensable à sa santé et à son développement.