de 10 à 12 ans
Raisonnement universel

de 10 à 12 ans
Raisonnement universel

Cas Pratique 2

Raisonnement universel

Alors qu’en général les enfants plus jeunes sont seulement capables d’affiner leur raisonnement quotidien, qui est lié à une situation concrète particulière, les adolescents sont de plus en plus aptes à utiliser le raisonnement abstrait ainsi que la logique formelle dans leurs arguments. Ils peuvent formuler et évaluer des arguments déductifs.

À ce stade, les parents doivent donc commencer à inciter leurs enfants à formuler leurs arguments dans des termes logiques plus cohérents. Ils doivent signaler les erreurs dans la déduction logique, les sauts logiques ou l’utilisation de généralisations injustifiées, et inciter leurs enfants à utiliser une réflexion plus abstraite quand ils évaluent les affirmations des autres.

Prenons l’anecdote suivante :

Lionel, qui a 11 ans, dit à Hélène : «  Tous les motards conduisent comme des chauffards. Mon père ne fait pas de moto, donc ce n’est pas un chauffard ».

À partir de 10 ans, de plus en plus d’enfants, entraînés par des exercices nécessitant la logique, pourront répondre comme Hélène : « Même si ton père ne fait pas de moto, il peut quand même être un chauffard ».

Prononcer cette phrase est peu probable à 10 ans, mais l’est de plus en plus en allant vers 15 ans.

Malgré cela, des adultes restent susceptibles d’émettre le même genre d’affirmations que Lionel tout au long de leur vie, nourrissant ainsi au sein de leur famille une culture de la pensée illogique. Cela va contribuer à l’apparition de difficultés en mathématiques, dès qu’un raisonnement de plus haut niveau que l’arithmétique sera requis.

À cet âge-là, il est possible pour les enfants de commencer à saisir plus précisément des concepts et des implications logiques. Leur développement dans cette direction peut être favorisé par les encouragements de leurs parents et de leurs professeurs. Demandez-leur par exemple d’expliquer exactement pourquoi l’argument de Lionel ne tient pas. Est-ce que les faits sur lesquels il le fonde sont vrais ? Peut-on en tirer la conclusion à laquelle il arrive ? Comment devrait-il changer l’argument pour le rendre cohérent ?