13 ans et plus
Concepts et failles de raisonnement

 

13 ans et plus
Concepts et failles de raisonnement

Cas Pratique 2

Les erreurs de raisonnement

Utilisez ces exemples de raisonnements erronés pour introduire le vocabulaire logique et aider vos enfants à identifier les failles de raisonnement.

Ces exemples sont fondés sur le fameux exemple de raisonnement déductif que l’on doit à Aristote. Dans ces exercices, l’exemple d’Aristote est déformé de plusieurs manières, en utilisant soit de fausses informations soit un mauvais raisonnement. Demandez à vos enfants d’identifier précisément pourquoi ces arguments ne tiennent pas.

Voici quelques définitions des termes utilisés ci-dessous :

  • Les postulats sont des affirmations ou des informations sur lesquelles on fonde un argument (dans ces exemples, les deux premières lignes)
  • La conclusion (la troisième ligne des exemples) est l’affirmation qui résulte des postulats
  • Quand un argument est valide, cela signifie que sa conclusion découle logiquement de ses postulats
  • Quand un argument est solide, cela signifie à la fois qu’il est valide et que ses postulats sont vrais, et donc que sa conclusion est également vraie.

Ces exemples peuvent aider les élèves à décomposer un raisonnement en étapes logiques, à rendre ces étapes logiques de l’argument explicites pour eux, et à identifier où le raisonnement s’effondre. Le raisonnement critique doit nous aider à détecter les erreurs logiques et à reconnaître si elles nous conduisent à des conclusions erronées. Il faut cependant noter qu’un raisonnement faussé ne garantit pas toujours que la conclusion le soit aussi.

Raisonnement d’Aristote

« Tous les humains sont mortels.
Socrate est un humain.
Donc Socrate est mortel. »
Les postulats sont vrais, le raisonnement est valide et, par conséquent, la conclusion est vraie.

 Exercices

  1. Tous les humains sont des femmes.
    Socrate est un humain.
    Donc Socrate est une femme.
    Un des postulats est faux, le raisonnement est valide, mais la conclusion est fausse.
  2. La moitié des humains sont des femmes.
    Socrate est un humain.
    Donc Socrate est une femme.
    Les postulats sont vrais, mais le raisonnement est non valide, et la conclusion est fausse.
  3. La moitié des humains sont des hommes.
    Socrate est un humain.
    Donc Socrate est un homme.
    Les postulats sont vrais, le raisonnement est non valide, mais la conclusion est vraie.