13 ans et plus
Raisonnement critique et progrès

 

13 ans et plus
Raisonnement critique et progrès

8. Raisonnement critique et progrès

En résumé:

Le raisonnement critique peut aider les enfants non seulement à apprendre à analyser le monde autour d’eux, mais aussi à agir pour le changer. Un bon raisonnement critique peut nourrir des centres d’intérêts constructifs, un engagement plus profond dans les questions de société, ainsi qu’un comportement de bon citoyen. De ce point de vue, le raisonnement critique est vital pour le progrès social.

Un objectif, ou un projet ou un rêve, est la rencontre entre d’une part une idée née d’un besoin ou d’un désir avec, d’autre part, une méthode, un « algorithme » pour transformer l’idée en réalité. Mais ces deux dimensions présentes dans chaque projet sont en réalité les deux faces d’une même médaille, les deux facettes de la créativité.

Comme nous l’avons vu, l’étincelle du raisonnement critique jaillit de l’estime de soi et de l’amour inconditionnel. Cette énergie est indispensable pour vivre dans la joie et, en même temps, dans l’insatisfaction permanente face au status quo. La joie de vivre est nécessaire pour empêcher cette insatisfaction de virer en dépression ou tout autre pathologie. Cette joie fournit l’énergie nécessaire pour transformer l’insatisfaction en idées et rêves de changement.

Mais pour qu’une idée se transforme en un projet capable de changer le monde, on a besoin de méthodologie ainsi que de rigueur logique et de qualités de communication. Elles permettent de faire comprendre le même problème dans les mêmes termes à un grand nombre de personnes, et de les faire converger vers le même objectif. Sans ces outils, les tentatives de résoudre le problème peuvent dégénérer en émotivité ou sectarisme.

 

La rigueur méthodologique trouve ses racines dans le raisonnement critique.

 

Une éducation à la pensée critique et au raisonnement est le meilleur moyen de s’assurer qu’un enfant peut accéder à une culture projet. Un projet, de même que la logique formelle que nous pouvons commencer à exercer à partir de 13 ans,  transforme le possible en réel.

Cette culture projet mène les enfants dans leur adolescence à rejoindre ou fonder des groupes actifs ou des associations. Agir au sein de tels groupes nécessite des compétences logiques et en communication, qui soutiendront leur développement ultérieur. Cela pousse ceux qui se lancent dans de tels projets à rechercher un équilibre entre affirmation de soi (assertivité) et écoute de l’autre, entre critique et intériorisation du discours de l’autre.

En ce sens, le raisonnement critique et l’élan qu’il inspire pour mener des projets sont une forme d’école de la citoyenneté. La critique rigoureuse et claire d’un système complexe (qu’il soit politique, scientifique, ou philosophique et théologique) est toujours un acte citoyen. Il bénéficie à tous.

Le raisonnement critique permet aux élèves d’atteindre leur potentiel intellectuel ; il les aide aussi à trouver du sens, et à travers ce sens, le bonheur.

En ce sens, le raisonnement critique permet aux élèves d’atteindre leur potentiel intellectuel ; il les aide aussi à trouver du sens, et à travers ce sens, le bonheur. Et enfin, il aide à cultiver le progrès et la cohésion sociale à travers l’action collective.

Ces liens entre le raisonnement critique, la conduite de projet et la citoyenneté devraient encore plus encourager les parents et les éducateurs à orienter les enfants vers cet esprit d’insatisfaction joyeuse, ainsi que vers l’art du raisonnement logique et de l’argumentation.

Si cette mentalité est acquise, les adolescents n’auront pas besoin de pressions venant d’en haut pour agir en tant que citoyens ou pour s’impliquer dans des projets de changements de société plus grands qu’eux. Il y a toujours le risque que, lorsque les parents exigent ce type d’implication comme une forme de corvée, les enfants le rejettent par principe.

Au lieu d’espérer que les enfants gobent ce qu’on leur propose, les parents doivent les encourager à rechercher la vérité, à apprendre à raisonner et à argumenter. Ceux qui les entourent, et la société toute entière, bénéficieront de leurs compétences, de leur indépendance et de leur état d’esprit.