13 ans et plus
Critique sociale et appartenance

13 ans et plus
Critique sociale et appartenance

5. Critique sociale et appartenance

En résumé:

Bien qu’ils passent leur temps à critiquer la société, en faisant cela les adolescents montrent qu’en réalité ils en font partie. Les parents devraient donc apprendre à leurs enfants à exprimer clairement leur insatisfaction. Le raisonnement critique peut les aider à concilier leur désir d’indépendance et la valeur de la tradition.

Dès 12-13 ans, pour que les enfants soient capables d’exprimer clairement leurs désaccords avec l’ordre établi, ils doivent avoir développé leurs compétences de raisonnement critique. En tant qu’adultes, nous devons accepter d’écouter ces critiques lorsqu’elles sont fondées. Cela montre aux enfants que le rejet n’est pas la réponse systématique à leurs approches. Ils se sentent alors valorisés et aptes à avoir une pensée autonome, susceptible, de plus, d’influencer les adultes.

De cette façon, le raisonnement critique peut aussi – étonnamment – faciliter leur acceptation d’une partie au moins de l’héritage culturel qui leur est proposé ou imposé par la langue, leur éducation et les usages.

Permettre à un adolescent de convaincre grâce à l’argumentation et l’inférence logique le rend plus apte à penser qu’il peut devenir un individu à part entière sans se détacher du groupe, à vivre une évolution sans révolution. S’il est autorisé à exprimer son désaccord, il peut même se sentir moins étouffé à l’école ou à la maison que dans un groupe de camarades dans lequel il serait constamment pressé de se conformer. Favoriser ce type de raisonnement critique le protège également de mauvaises influences (sectes, délinquance, etc.), l’outillage critique dont il dispose lui permettant de rester lucide face aux discours ou comportements dangereux et délirants (alcool, drogue, etc.)

L’apprentissage le plus précoce possible de l’argumentation et du raisonnement critique en utilisant les capacités d’inférence permet un équilibre au moment de l’adolescence entre individualisation et acceptation de l’héritage.

En effet, l’appartenance à un groupe, aujourd’hui souvent grâce aux réseaux sociaux, répond au besoin de se singulariser et de manifester son individualité. Ce besoin n’est satisfait que si ce groupe n’est pas aussi prescripteur et étouffant que la société dont l’adolescent essaie de s’échapper et s’il ne cause aucun préjudice.

Le raisonnement critique passe en partie par le développement de la capacité de remettre en question les normes et les prescriptions de l’environnement et de la famille. Cela nécessite de maîtriser un langage commun composé de logique inférentielle et de l’art du débat, qui vient de la société que l’on critique. Le raisonnement critique lui-même est ainsi la preuve permanente que l’on appartient toujours à cette société. Par le simple fait de se distinguer de la meute, les adolescents montrent qu’ils en font partie.

Le raisonnement critique ancre les enfants dans la réalité, leur permettant ainsi de parvenir à l’individualité à leur façon. Les parents peuvent les y aider en soutenant leurs projets et en les encourageant à s’engager dans le monde qui les entoure.

L’héritage culturel, qui comprend la langue, la loi, la nourriture, l’art, les us et coutumes, les traditions et les connaissances scientifiques, représente une richesse extraordinaire, tout à la fois imposée et offerte. Enseigner aux adolescents la pensée et le raisonnement critiques leur permet de ne pas rejeter ce trésor en bloc, même s’ils s’en libèrent en partie. Le raisonnement critique rend le processus d’individualisation moins violente et moins douloureux pour les enfants comme pour les parents, grâce à l’équilibre entre l’assimilation de la culture et sa saine remise en cause.

En d’autres termes, le raisonnement critique, exprimé grâce à un savoir-faire argumentatif et logique et enraciné dans l’estime de soi et l’amour, ancre les enfants dans la réalité, leur permettant ainsi de parvenir à l’individualité à leur façon. Les parents peuvent les y aider en soutenant leurs projets et en les encourageant à s’engager dans le monde qui les entoure.

Le raisonnement critique prouve aux enfants qu’ils sont écoutés et acteurs de leur vie. Ils se retrouvent ainsi prédisposés à croire en l’avenir et dans les autres. Ils sont armés psychologiquement et intellectuellement pour imaginer un avenir avec les autres dans lequel ils entreprendront des projets communs et atteindront des objectifs importants.